Guerriers du chaos (première unité)

Pour le montage/peinture de mon armée chaos, j’ai décidé de commencer par de la troupaille. Les figs de guerriers du chaos je les connais déjà un peu, donc ça devrait aller pour me remettre le pied à l’étrier.

En premier lieu j’ai fixé mon schéma de couleur. L’armée étant affiliée à Tzeentch, je me suis naturellement orienté vers les couleurs du dieu du changement : le bleu roi et les ornements en or. Je voudrais que cette armée se détache des armées chaotiques traditionnelles. Déjà, éviter le rouge, le noir et les mutations bizarres m’y aidera.

Les guerriers sont très faciles à monter. Le dos avec sa cape se colle à l’ensemble torse/jambes. Là-dessus viennent se coller les têtes et les avant-bras, déjà équipés d’armes. Une fois le tout collé, il devient ardu d’accéder à la zone entre l’intérieur de la cape et l’arrière des bottes, je préfère donc peindre les pièces séparément avant de les coller.

Une fois les guerriers dégrapés, ébarbés et dégraissés, je passe une sous-couche de surface primer Ghost Grey Vallejo que je laisse sécher une nuit (pas sûr que ce soit super utile, mais je le fais). En couche de base je passe une couche de Magic Blue  de la gamme Game Air de Vallejo à l’aéro. Je fais ensuite un éclaircissement zénithal avec du Electric Blue de la même gamme. Le résultat sert de base à tout ce qui est armure.

Me reste un léger détail à régler concernant leur montage. Celui-ci laisse parfois un creux entre les deux moitiés au niveau des épaules. Lorsque le creux n’est pas présent, on voit quand même bien la démarcation entre les deux deux pièces à cause du moulage des fourrures. Voilà comment je remédie à ça.

Petite technique pour cacher les assemblages de pièces.

J’utilise de l’Andrea Sculpt. Je prends un morceau de chaque composant en quantités égales et les mélange jusqu’à obtenir une boule de couleur neutre. Je prends ensuite de petits bouts que je fais rouler ente mes doigts pour les former en pointe. Pointe que je coupe à longueur voulue avec un outil de sculpture pour les déposer sur le joint de l’épaule. Je commence par l’extérieur de l’épaule et progresse jusqu’au cou en variant les directions prises par les pointes, ainsi elles se superposent en gardant un aspect similaire à la fourrure du reste de la pièce. Je n’hésite pas à les retoucher légèrement pour que leurs formes coïncident mieux à la sculpture d’origine. Je peux aussi déposer un boudin d’Andrea tout le long de la jointure et le travailler ensuite pour lui donner le relief voulu, mais je trouve ça plus délicat, pour un résultat pas forcement meilleur… Toujours est-il qu’une fois le tout peint, la jonction sera totalement invisible.

C’est une technique simple à réaliser, mais qui demande un peu d’organisation vu qu’il faut travailler la sculpture des épaules après avoir collé les deux parties. Du coup il faut être sûr d’avoir suffisamment dégrossi l’intérieur de la cape et l’arrière des jambes avant d’assembler les éléments et de faire la retouche.

La mise en couleur détaillée :

  • Armure : Comme dit plus haut, la base est en Magic Blue de Vallejo, éclaircit avec un (trop) léger voile d’Electric Blue de Vallejo. Les arrêtes sont éclaircies avec de l’Electric Blue, auquel je mélange du Ceramite White de Citadel pour les arrêtes les plus vives.
  • Cape : Sur base de Screaming Skull Citadel, elle reçoit un lavis global de Seraphim Sepia, puis j’accentue les creux avec des retouches de ce même lavis. Une goutte de Nuln Oil Citadel est mise dans les déchirures.
  • Cornes et os : Base de Zandri Dust Citadel, éclaircit par ajout de Screaming Skull Citadel, puis avec du Screaming Skull pur auquel j’ajoute ensuite une pointe de Ceramite White. Les zones présentant des reliefs reçoivent un lavis de Seraphim Sepia
  • Argents et lames : Base de Runefang Steel Citadel, lavis de Nuln Oil et éclaircissements d’arrêtes en Runefang.
  • Ors : Base de Retributor Armour Citadel, lavis de Seraphim Sepia, rehausses de lumières en Retributor et éclaircissements d’arrêtes en Liberator Gold Citadel
  • Cuirs : Base de Gorthor Brown Citadel
  • Cordages : Base de Red Gore Citadel, lavis de Nuln Oil, et éclaircissement au Blood Red.
  • Boucliers : Sur base aéro de Magic Blue, j’ai fais différents dégradés à l’aéro à l’aide d’Electric Blue et de Alien Purple, en essayent de varier les dégradés.
  • Fourrures : Sur base de Gorthor Brown, les fourrures ont toutes eu un traitement différent, parfois à peu de choses près. J’ai usé de lavis de Nuln Oil mais aussi de Seraphim Sepia, brossages à sec de Bestial Brown, Vermin Brown, Zandri Dust et Screaming Skull (brossages plus léger pour ce deux couleurs).

L’aspirant-champion de l’unité me sert de cobaye, je le peins intégralement en premier. Je me retrouve donc avec un premier aperçu de ce que donneront les figurines une fois terminées.

Premier jet pour la mise en couleur de l’armée.

La photo ne rend pas justice à la mise en couleur, mais ce qui en ressort de manière générale, c’est un manque d’éclaircissements et d’ombres (trop discrets) et pas assez d’usure de l’armure. Des cuirs qui manquent de contraste, et la fourrure un peu « plate ». C’est vrai qu’il fait plutôt propre là le gus, alors qu’il est censé sillonner les champs de bataille.

Du coup, retour sur l’établi pour lui, et grosse retouche générale.

Mouture finale pour mes Slaves of Tzeentch

Éclaircissements intensifs des arrêtes au pinceau avec l’Electric Blue, également utilisé en lavis successifs sur le haut des éléments pour accentuer l’éclaircissement zénithal. Gros dépot de Gulliman Blue sur le bas des mêmes parties pour les assombrir. L’ensemble de l’armure a reçu un généreux lavis de Nuln Oil. Le bouclier a reçu le même traitement à l’exception du Gulliman Blue. La fourrure a reçu un gros lavis de Nuln Oil et un léger brossage à sec de Screaming Skull pour la contraster un peu plus. Dans un geste de désespoir la lame a reçu un lavis de Seraphim Sepia puis a été un peu éclaircie avec du Runefang Steel. Les cuirs ont aussi eu droit à leur dose de Nuln Oil, et ont été éclaircis au Vermin Brown de l’ancienne gamme Citadel. Je me lance aussi dans les « battle damages », ces fausses traces de combats passés. Pour ça je fais un fin trait noir, sous lequel j’en fais un autre d’Electric Blue. C’est censé représenter des coups d’épée (ou autre) ayant fait sauter la peinture d’origine… Mais je suis loin d’être doué à ce genre de détail.

Le schéma de peinture et la démarche arrêtés pour de bon, je veux faire à cette unité une belle bannière. Simple, mais originale. Quelques croquis précisent l’intention.

Croquis de bannières.

Pour cette première bannière je pars sur le dessin de droite. Reprenant la forme du symbole de Tzeentch, il est censé représenter des tentacules et un œil de pieuvre. J’ai choisi la pieuvre autant pour sa symbolique de l’emprise que pour ses capacités de changement de couleurs, de taille, de forme. Son côté insaisissable. Je trouve que cette animal colle très bien à Tzeentch.

Première bannière et premier freehand. ^^

Pour ce motif, pas d’autre choix que de le réaliser à main levée. Je commence par tracer doucement son contour au crayon avant de le remplir au pinceau de Magic Blue que j’éclaircis avec plusieurs mélanges d’Electric Blue puis un peu de blanc pour tenter de lui donner du volume via l’éclaircissement. Le dessous du tentacule et les points de pigmentation sont peints en Flayed One Flesh et le creux des ventouses est représenté avec une pointe de Seraphim Sepia. L’oeil est d’abord peint en Alien Purple, dans lequel j’ai tenté de fondre de l’Electric Blue, ses éclaircissements sont en blanc pur. Tout le noir est fait avec de l’encre noire Citadel et un pinceau très fin.

Le résultat n’est pas transcendant, mais pour un premier freehand j’en suis tout de même satisfait. J’aimerais vraiment pouvoir travailler toutes mes bannières comme ça.

Peindre toute l’unité n’a pas été une mince affaire. Par le passé j’ai toujours fais mes figurines l’une après l’autre, en prenant bien le temps de les terminer. Là j’ai fais les 9 restantes de manière industrielle, en terminant une étape (base, métaux, ombres, éclaircissements…) sur toutes les figs avant de passer à l’étape suivante. C’est fastidieux et ça rend vite la peinture moins intéressante. Je respecte la volonté de certains joueurs qui se font des unités de 20/30 figurines d’un coup, sans vraiment broncher. Le fait est aussi qu’en plus d’avoir peu de temps à consacrer à la peinture, je suis lent. Je perds facilement du temps sur des détails, et me disperse très vite. Je vais devoir me montrer plus rigoureux si je ne veux pas que cette armée ai raison de ma détermination avant sa complète réalisation.

Il me reste quelques petits détails à revoir, mais je considère cette comme terminée, et je trouve que ces guerriers ont quand même de bonnes gueules. Niveau peinture je m’en tire pas trop mal, l’ensemble est bien homogène et même si le schéma est original pour une armée chaotique, j’y trouve bien le parallèle que j’ai voulu créer avec le chapitre des Thousand Sons du jeu Warhammer 40000 et qui fut une de mes inspirations d’origine.

Plus qu’à m’attaquer au reste…

Place à quelques photos. 🙂



Remarques et commentaires bienvenus. 🙂

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s